logo
Accueil > Spectacles > Le Village en flammes

Le Village en flammes

de R. W. Fassbinder d'après Lope de Vega |mise en scène Yann Dacosta


Avec Laëtitia Botella | Anne Buffet | Pierre Delmotte |Vincent Fouquet | Hélène Francisci | Baptiste Girard | Florent Houdu | Nadir Louatib | Lisa Peyron | Philippe Richard | Alexandre Zeff

Assistant Jefferson Desmoulains | Musique Pablo Elcoq | Costumes Stéphanie Patillot / Kakou Cavalier | Scénographie et Lumières Thierry Vareille | Construction décors William Defresne | Régie générale Marc Leroy | Mise en danse : Frédérike Unger | Habilleuse Louisette Deroo | Production Marielle Julien

Traduction : Christophe Jouanlanne

Production Compagnie Le Chat Foin
Coproduction : Festival Automne en Normandie | Le Volcan – Scène Nationale du Havre | Théâtre d’Arras – Arras | L’Archipel – Scène conventionnée de Granville

Avec le soutien de DSN - Dieppe Scène Nationale | Le Rayon Vert – Scène conventionnée de Saint-Valéry en Caux | Théâtre des deux rives – Centre dramatique régional de Haute-Normandie


Dates passées

 

- 19 mars 2013
Le Rayon Vert - Saint-Valery-en-Caux (76)
- 23 octobre 2012
Théâtre d'Arras - Arras (62)
- 14 mai 2012
Hangar 23 co-accueil avec le Théaâtre des deux rives - Rouen (76)
- 10 avril 2012
DSN - Dieppe Scène Nationale (76)
- 8 décembre 2011
L'Archipel - Granville (50)
- 20, 21, 22 octobre 2011
Gare Maritime - Le Volcan - Scène Nationale - Le Havre (76)


affaire de la rue de lourcine

 

Note d'intention

Dans un petit village espagnol, les habitants de la bourgade de Fuente Ovejùna située en Castille, meurent de faim. Le Commandeur vit dans un luxe indécent, supprime les marchés et abuse du droit de cuissage tout en maintenant le peuple dans la peur et la pauvreté. La colère gronde. Les citoyens ont perdu confiance dans leur Etat et dans sa capacité à faire réellement respecter la justice, les habitants apprennent à ne compter que sur eux-mêmes, au risque de sombrer collectivement dans l'horreur. Le peuple fera la justice selon sa conscience d'Homme. La solidarité sera complète. Et lorsque sous la torture le Roi, les juges et les bourreaux demanderont « Qui l’a fait ? », le peuple répondra « C’est Fuente Ovejuna ! ». Cette révolte vécue en l'an 1476 inspire Loge de Vega pour sa pièce Fuente Ovejùna qui deviendra vite un véritable hymne à la solidarité et à la démocratie.

A son tour, R.W. Fassbinder fait triompher le droit pour rappeler au pouvoir qu’on ne peut pas tout prendre sans donner un peu, mais il fait de cette chronique une comédie effrayante un peu moins utopique dans laquelle le soulèvement du peuple sera manipulé par les profiteurs et où les âmes idéalistes deviendront des cannibales assoiffés de haine et de vengeance.

Parce que le monde serait devenu aussi sordide qu’un parking la nuit… l’action se passera dans un parking souterrain, ancien lieu de marché devenu lieu de prostitution, sempiternel lieu de commerce et d’échange, lieu de peur, d’angoisse, de violence et d’enfermement. Nous sommes là où la loi n’opère plus, là où l’humanité n’arrive pas. Nous serons plongés dans une ambiance de fin du monde, les hommes ne vivent plus que comme des rats entre vol, viols, violence et pillages. A quelle sorte d’humanité ce monde là peut-il donner naissance ?

 

Yann Dacosta

Bande annonce

 

+ Photographies

 

logo facebook