logo
Accueil > Spectacles > Drink me, Dream me

Drink me, Dream me

d'après Alice's adventures in wonderland et Through the Looking Glass de Lewis Carroll

Avec Bruno Bayeux | Sarah Bensoussan | Laëtitia Botella | Hélène Francisci | Florent Houdu | Emmanuel Noblet | Aure Rodenbour | Johann Abiola | Pierre Delmotte | musiciens Anthony Canuel | Pablo Elcoq | Grégoire Fauque

adaptation Yann Dacosta et Alexis Magenham | musique Pablo Elcoq | scénographie et accessoires Fabien Persil et William Defresne | vidéo Laurent Mathieu | lumières Eric Guilbaud | costumes Kakou Cavalier | son Matthieu Ponchelle | régie lumières Michel Tartrat et Jean-François Lelong

Traduction : Henri Parisot

production Centre dramatique régional de Haute-Normandie / Théâtre des deux rives

coproduction La Compagnie du Chat Foin, Les producteurs associés de Normandie (Comédie de Caen - Centre Dramatique National de Caen, Le Volcan - Scène Nationale du Havre, Le Trident - Scène Nationale de Cherbourg, Le Préau - Centre Dramatique Régional de Vire), L'Archipel de Granville.


 

Dates passées

- 26 et 27 janvier 2012
Opéra-Théâtre de Saint-Etienne (42)
- 17 et 18 mai 2011 
Le Trident – Scène Nationale – Cherbourg (50)
- 10 et 11 mai 2011 
Comédie de Caen – Centre dramatique national – Caen (14)
- 17 février 2011 
Théâtre du Château – Eu (76)
- 28 janvier 2011 
Le Rayon Vert – Saint-Valéry-en-Caux (76)
- 25 janvier 2011 
Le Préau – Centre dramatique régional – Vire (14)
- Du 10 au 15 janvier 2011 
Centre dramatique régional de Haute-Normandie – Théâtre des deux rives
- 3 au 5 février 2010 
Le Volcan – Scène Nationale du Havre
- 7 et 8 janvier 2010 
L’Archipel – Granville
- 5 au 14 novembre 2009 
Centre dramatique régional de Haute-Normandie – Théâtre des deux rives

 

affaire de la rue de lourcine

 

Note d'intention

Qui dort ? Est-ce le Roi ? est-ce le spectateur ? Est-ce l'auteur ? Est-ce la Alice qui sommeille en chacun de nous ? A la fin du célèbre poème intraduisible de Lewis Carroll, le jabberwocky, Alice se fait cette réflexion : «J'ai l'impresssion que cela me remplit la tête de toutes sortes d'idées... J'ignore malheureusement quelles sont ces idées, pourtant, ce qu'il y a de clair là-dedans c'est que quelqu'un a tué quelque chose...» Si Alice au pays des merveilles est un hymne à l'enfance et à l'innoncence, De l'autre côté du miroir, publié 9 ans plus tard, raconte la perte de ce paradis. Et entre les deux «quelqu'un a tué quelque chose». C'est à cet endroit-là que se situe Drink me, Dream me. Débarrassé de son imagerie enfantine, le conte devient une sorte de film de Woody Allen, Alice prend des allures d'Hamlet pour se demander si «Vivre ne serait qu'un rêve ?» et s'interroger sur «Comment exister dans ce monde ?», qui plus est dans ce monde moderne qui se dématérialise et où s'abolissent les notions d'espace et de temps. Les personnages carrolliens revêtent des habits shakespeariens et accompagnent Alice dans ce voyage qui lui apprend qu'elle a deux solutions pour exister : Drink me ou Dream me (Bois moi ou rêve moi) ; soit elle appartient au monde en le consommant tel qu'il est, soit elle décide d'en rêver un autre.

Yann Dacosta

Bande annonce

 

 

+ Photographies

 

logo facebook